Célébration du cinquantenaire de l’indépendance à l’Esplanade de l’OREF “Happy birthday M. Président !”

Célébration du cinquantenaire de l’indépendance à l’Esplanade de l’OREF
“Happy birthday M. Président !”
Par : Hana Menasria

“Bouteflika a eu son feu d’artifice à Sidi-Fredj et nous le petit peuple nous n’avons droit à rien ! Ils ne se souviennent de nous que pour aller voter ou autres. C’est scandaleux de leur part”, a lancé avec frustration un jeune. Déception, tel est le sentiment ressenti par des milliers de personnes, mercredi dernier, à l’Esplanade de Riadh El-Feth, lors d’un mégaconcert. Venus en famille, en groupe d’amis et en couple pour admirer le feu d’artifice prévu pour la célébration du cinquantième anniversaire de l’Indépendance, les Algériens présents des quatre coins du pays, étaient rentrés bredouilles. Il est 23h50, petits et grands comptaient les minutes avec impatience.
“Il ne reste qu’une dizaine de petites minutes et nous pourrons apprécier le vrai spectacle”, indique un homme dans la soixantaine (certainement ayant connu l’Algérie coloniale) à son épouse. Enfin, il est minuit, un ras-de-marrée de personnes dont le regard figé sur le sanctuaire des martyrs attendaient l’enclenchement des feux d’artifice disposés sur les piliers du sanctuaire des martyrs. Débout depuis 20h, la masse de personnes étaient là seulement dans le but de rendre hommage à leurs martyrs et patrie. Coup de théâtre, après le chant de l’hymne national “Qassaman”, la présentatrice précise avec un large sourire : “Le feu d’artifice sera lancé demain. La soirée peut continuer.” Des interrogations envahissent les esprits sur le report de cette coutume réalisée chaque année. “Nous devons attendre le Président. Il viendra demain (jeudi) pour le dépôt des gerbes de fleurs et le feu d’artifice”, répond l’un des employés de l’Oref. Ayant attendu de voir ce spectacle durant toute la soirée, de nombreuses personnes se sont résignées à rentrer chez elles avec un grand désenchantement dans le cœur. “Le concert était sympathique. Mais, nous sommes venus pour les feux d’artifice, on préfère rentrer !”, confie une jeune femme, avec ses enfants.
Une fois de plus, les Algériens se sont sentis lésés par leurs représentants qui se sont offert un beau spectacle au Casif de Sidi-Fredj. Cet anniversaire du “pays” a été confisqué une fois de plus à son peuple. “Ils nous ont tout pris, même notre fête ! À quand notre indépendance, ils se sont tout approprié : notre histoire et la célébration de nos chouhadas”, a rétorqué avec colère un homme dans la trentaine. Ce cinquantième anniversaire a été perçu, mercredi soir, comme un hymne à la présidence et celui de l’Indépendance est une autre histoire.

H M
liberte-algerie

 
This entry was posted in Algérie, Reste du monde and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *